L’alcool aux manettes : la fin du pilotage en état d’ébriété

Nous savons tous que les drogues et l’alcool ont une influence sur nos capacités de conduite, mais saviez-vous qu’il arrive maintenant que les gens pilotent des drones tout en ayant bu de l’alcool? Ce comportement vient juste d’être interdit au New Jersey.

Le gouverneur Chris Christie a récemment ratifié une loi analogue à celle déjà en vigueur concernant la conduite automobile, qui interdit le fait de piloter un drone tout en étant sous l’influence de drogues, d’alcool ou d’autres hallucinogènes. Des règlements concernant les drones ont d’ores et déjà été approuvés dans 17 autres États. D’après la Conférence nationale des législatures d’État, au moins 38 envisagent en ce moment d’autres restrictions concernant les drones en plus de celles déjà  existantes. Cela va sans doute mettre un frein aux loisirs de certains, mais pour de bonnes raisons, semble-t-il !

Le marché des drones est en pleine expansion

Les accidents impliquant des drones n’ont pas encore posé trop de problèmes, mais il y en a eu par le passé, et dans la mesure où ces machines volantes sont de plus en plus utilisées, le nombre d’incidents pourrait augmenter. Nous trouvons donc que c’est une bonne idée d’avoir fait voter cette loi. Les achats et les jeux d’argent en ligne ne sont maintenant plus les seules activités liées aux technologies que vous devriez éviter après avoir bu quelques verres !

Les drones destinés à la photographie aérienne constituent une industrie en plein essor aux États-Unis, et l’association Consumer Technology estime que 3,1 millions de drones ont été vendus dans le pays en 2017. Cela représente une augmentation de 28 % par rapport aux chiffres de 2016. Bien que la plupart des gens les utilisent pour des passe-temps sans dangers et des activités de loisir, ce n’est pas le cas de tout le monde, et il est possible que ces appareils soient utilisés de manière imprudente, ou par des gens malintentionnés. Le New Jersey, et sans doute bien d’autres États d’Amérique du Nord, ne toléreront pas cela.

L’interdiction de l’alcool aux manettes est sérieuse

L’État du New Jersey ne prend pas cette affaire à la légère. Si l’on vous prend à piloter un drone et que votre alcoolémie sanguine dépasse 0.08, vous vous exposez à une amande de 1 000 $, une peine de prison pouvant aller jusqu’à 6 mois, voire à ces deux peines.

La nouvelle loi interdit également aux drones de survoler les prisons (on peut supposer qu’il s’agit d’éviter qu’on ne relève les plans des établissements en question), de poursuivre des animaux sauvages, et de gêner les actions des premiers intervenants. Franchement, ces règles nous semblent de bon sens, et c’est même un peu inquiétant de voir qu’il est nécessaire de les inscrire dans la loi. Mais dans le monde dans lequel nous vivons, si des gens qui ne sont qualifiés ni pour faire le suivi ni pour filmer la faune sauvage de près poursuivent les animaux avec des drones, ou que d’autres s’amusent à gêner les premiers intervenants pour rire, alors c’est bon de savoir que le New Jersey, au moins, ne tolérera pas ça.

D’un autre côté, bien sûr, la nouvelle législation très détaillée du New Jersey existe peut-être parce que cet État rencontre plus de problèmes d’abus liés aux drones que la plupart des autres. L’État préempte-t-il progressivement les mauvais comportements qui pourraient exister n’importe où, ou bien les gens là-bas sont-ils un peu plus délinquants qu’ailleurs ? Blagues à part, nous sommes sûres que la réponse est la seconde, et cette nouvelle loi offre une réflexion intéressante sur le type de questions auxquelles la société fait face du fait du développement technologique.