Le Royaume spatial d’Asgardia

À l'intérieur d'une arche
Source : cdn.disclose.tv

Asgardia, ou le Royaume spatial d’Asgardia, est la première nation spatiale, et elle se présente comme un État souverain indépendant (bien que pas encore officiellement reconnu), qui est trans-ethnique et laïque, et doté d’une Constitution similaire à celle de la plupart des États. Il est régi par des règles d’équité, d’égalité et de paix, et a été fondé en 2016. Juste 2 ans plus tard, il s’est doté d’une Constitution, d’un drapeau, d’armoiries, et d’un Chef à la tête de la Nation, Ogor Ashurbeyli, un scientifique russe.

Asgardia a été créé avec trois buts principaux. Tout d’abord, il est destiné à protéger la Terre contre les menaces provenant de l’espace comme des astéroïdes, des tempêtes solaires ou des débris spatiaux, en créant un bouclier protecteur autour de la planète entière. Ensuite, il sert à créer une base libre de connaissances scientifiques, et finalement, il veut promouvoir l’utilisation de l’espace sans être restreint par les Nations existantes.

À long terme, Asgardia construira et lancera des plateformes connues sous le nom d’arches spatiales, adaptées à la vie humaine et végétale dans l’espace, avec pour objectif de préserver notre vie et celle des autres animaux sur Terre. Qui sait, à l’avenir ces arches pourraient même devenir assez avancées pour accueillir le premier casino interstellaire du monde!

Comment Asgardia a-t-il été financé?

Jusqu’à présent, Asgardia a été financé de façon substantielle par Ashurbeyli lui-même, et le site Web de l’État est doté d’une section pour les dons. Cette année, la Nation a également lancé la Compétition de l’avenir de la finance et de l’économie. Le vainqueur du concours, qui est ouvert à tous, recevra un prix de 10 000 CA$.

Le but du concours est d’établir une économie asgardienne, qui se concentrera sur les logiciels libres, les systèmes décentralisés similaires à la blockchain, une architecture sécurisée / insensible aux pannes et les cryptomonnaies.

Gouvernance de l’arche spatiale

À l’heure actuelle, 185 000 citoyens ont rejoint Asgardia, et pour poser votre candidature vous devez simplement compléter un formulaire sur leur site Web. Ils acceptent actuellement des candidatures pour leurs membres du Parlement, le vote final ayant lieu en avril ou en mai de cette année.

N’importe qui peut se présenter, ce qui dotera le candidat d’une page électorale ressemblant à une campagne qui aurait mal tourné sur les médias sociaux.

Les sièges au Parlement seront attribués par circonscription en fonction du nombre de citoyens dans ce district. Il y a 150 sièges disponibles et 13 districts basés sur la langue qui doivent être représentés.

L'extérieur d'Asgardia
Source : geek.com

Citoyens

Une fois que vous avez posé votre candidature et que vous êtes accepté en tant que citoyen d’Asgardia, vous avez le droit de soumettre un fichier numérique à Asgardia-1, le satellite qui a été lancé l’année dernière et qui est le territoire d’Asgardia. Une fois que les députés parlementaires auront été élus et que la gouvernance sera finalisée, les citoyens recevront des documents officiels, semblables à des documents d’identité, qui permettront aux titulaires de contribuer et de recevoir tous les services fournis par Asgardia.

Asgardia et l’ONU

Asgardia ne représente pas la première tentative de création d’un État souverain dans l’espace. La première tentative a été faite par James Mangan en 1949 mais a échoué. Alors, qu’est-ce qui rend cette tentative différente?

Eh bien, pour commencer, le satellite Asgardia-1, qui est considéré comme un territoire asgardien, signifie qu’il a une présence spatiale. En ce qui concerne l’Organisation des Nations Unies, pour être considéré comme un État indépendant, quatre critères doivent être remplis, et Asgardia en remplit déjà trois.

  1. Citoyens – Asgardia a actuellement 185 000 citoyens inscrits
  2. Un gouvernement – les membres du Parlement sont actuellement en cours de nomination et seront élus cette année
  3. Un territoire – leur engin spatial

Bien que l’Organisation des Nations Unies elle-même ne puisse autoriser la création d’un État ou d’un gouvernement, accepter un État en tant que membre est un grand pas pour la reconnaissance d’Asgardia, puisqu’un vote à la majorité des deux tiers est exigé de ses membres.

Cela signifie qu’au moins 63 pays membres auront reconnu Asgardia en tant qu’État indépendant.  Cela est peu probable, étant donné qu’à l’heure actuelle, le droit spatial dicte qu’aucune entité ne peut revendiquer la propriété de l’espace, à moins qu’elle ne possède un territoire habité dans l’espace. À ce stade, Asgardia-1 est simplement un appareil d’entreposage inhabité.

Les futurs plans de l’arche spatiale peuvent peut-être changer les choses; après tout, quel pays a le droit de dire à un citoyen libre qu’il ne peut pas vivre dans un engin spatial, en vertu des Lois de ce dernier?

Sources :